Mon livre


" La solution est en vous " -
Le livre pour enfin commencer à s'aimer !


Vous avez montré un vif intérêt pour le projet 🙂
5'860.- ont été récolté. Merci à vous !
Le livre paraîtra mi-décembre 2021. Pour ceux qui le souhaitent, vous pourrez dès ce moment-là le commander via le formulaire de contact.


4ème de couverture

LA SOLUTION EST EN VOUS 

PARTIR A LA RECHERCHE DE SOI POUR REMPLIR SA VIE DE JOIE

À l’heure actuelle, on nous pousse à la performance. Il faut paraître fort, parfait, ambitieux, être socialement ancré, avoir un bon emploi… Tant de rôles à endosser et de masques à porter. Et si seulement nous faisions le choix de devenir nous-mêmes ?

Se sentir vide, seul, inutile, ne sont-ils pas des sentiments de plus en plus présents aujourd’hui ? UN PEU. Nous accumulons des biens, des expériences, des rencontres, mais se sentir riche n’aurait-il pas un autre sens caché ? À en vouloir toujours plus, BEAUCOUP trop, nous courons après l’insaisissable et nous en oublions de vivre, de ressentir, d’écouter.

De s’écouter aussi soi-même. D’apprendre à se connaître, à s’aimer et à s’accepter.

Devenez dès à présent l’acteur de votre vie, car personne ne va la vivre PASSIONNEMENT à votre place.

Alors qu’étant sujets à un trouble du comportement alimentaire nous pensons que c’est la nourriture qui pose problème, c’est d’abord une tout autre chose qui se révèle nécessaire pour en sortir : s’aimer soi-même. À LA FOLIE.

En relevant l’importance de l’amour de soi et des concepts de développement personnel s’y rattachant, ce livre, basé également sur des études scientifiques, tisse l’histoire de Coralie, du déni jusqu’à la guérison de son trouble du comportement alimentaire. Un récit à lire d’une seule traite ? PAS DU TOUT. Un livre qui vous fera vous questionner et évoluer ? À vous de le lire !   

Introduction

De chaque livre, nous retenons ce qui fait sens pour nous et ce qui nous fait avancer sur le chemin que nous choisissons de tracer. N’ayant pas souvent lu de livres qui goûtaient le doux mélange entre concepts de développement personnel, autobiographie et études scientifiques, je souhaitais que ce livre en soit le reflet.

Par cette lecture, je vous fais part de mon parcours pour dépasser un trouble du comportement alimentaire, mais derrière cela, il y a une quête de sens, une envie d’être un meilleur compagnon pour soi et l’accès à une vie plus satisfaisante. J’ai vécu ce processus par moi-même, avec la bonne pincée d’aide qui venait de l’extérieur. Par ce livre, mon souhait n’est pas de transmettre le message « ne vous faites pas aider », car je crois réellement au pouvoir de l’interdépendance. Cependant, en toute humilité, mettez autant de croyance en vous qu’en une influence ou une entité extérieure.

Les addictions n’ont jamais été aussi présentes. Nous tentons de combler un vide, par peur de nous avouer qu’il y a un problème, un manque, une faille : le fait de s’aimer, et ce, sans conditions. Alors nous cherchons un réconfort, les écrans, le sexe, la nourriture, pour taire nos émotions, car être vulnérable aujourd’hui, c’est être faible.

À l’ère où nous sommes connectés par tant de moyens, nous ne nous sommes jamais sentis aussi seuls et peu liés à l’essentiel. Redéfinissons notre essentiel dès à présent. 

Les troubles du comportement alimentaires (TCA) gagnent à être davantage connus de la population générale. En Suisse en 2010, une étude réalisée sur mandat de l’OFSP (Office fédéral de la santé publique) par l’Hôpital universitaire de Zurich et par l’Université de Zurich, basée sur des interviews, a mis en évidence un constat alarmant. La prévalence-vie entière prenant en compte les trois formes de TCA connus à ce moment-là est de 6% chez les femmes (anorexie 1,2%, boulimie 2,4% et hyperphagie 2,4%). Sur la totalité de la population domiciliée en Suisse, 3,5% de celle-ci souffre d’un TCA au court de sa vie[2]. Ces dernières années, de plus en plus de TCA dits « atypiques » surgissent et entrent dans le DSM V, ouvrage de référence de la psychiatrie. Ces troubles atypiques, beaucoup plus fréquents que l’anorexie et la boulimie réunies, tendent à augmenter la prévalence des TCA. Ainsi, entre 10 à 15% des adolescents et jeunes adultes, majoritairement des filles, vivent avec un TCA[3]. Un grand nombre de professionnels s’accordent à dire que les chiffres relevés dans les différentes études sur la prévalence des TCA sont certainement en dessous de la réalité, ceci étant expliqué par le tabou subsistant autour des TCA et par le fait qu’en parler est difficile pour ceux qui en souffrent. La peine à y faire face reste malgré tout présente. Un fait marquant : le taux de suicide des personnes souffrant d’anorexie est le plus élevé de toutes les maladies psychiatriques, s’élevant à 5%. Il s’agit d’un réel problème de santé publique. Ce n’est pas « juste » faire son difficile avec la nourriture. Si l’anorexie se guérissait « juste en mangeant », il n’y aurait pas autant de malades. Il n’y aurait pas autant de souffrance. L’alimentation n’est que la pointe de l’iceberg…

Lady Diana, Kate Winslet, Elton John, Jane Fonda, Jessica Alba, Laeticia Hallyday… Voici de nombreuses célébrités qui n’ont pas échappé à l’enfer des troubles du comportement alimentaire.

Dans la maladie, nous ne sommes plus nous-mêmes.

La première partie de ce livre retrace mes ressentis dans cette épreuve, l’image que je souhaitais montrer de moi-même, ainsi que les causes qui selon moi m’ont amenée à ouvrir la porte des troubles alimentaires. Quelques notions liées aux émotions sont déjà abordées dans cette partie. Les émotions, cette tempête qui, dans la maladie, est sauvagement gardée au plus profond de soi.

Un grand voyage s’offre chaque jour à nous : la vie.

La deuxième partie parle d’un déclic. Un déclencheur m’a permis d’apprendre à me connaître pour enfin évoluer et dépasser la souffrance afin de me créer une vie sur mesure dans laquelle je me sente plus libre et alignée.

La reconnaissance est à l’acceptation, ce que l’intelligence est à la résilience. Une base indispensable.

Dans cette phrase, je parle d’intelligence émotionnelle. Pour accepter une situation et vouloir la changer, il faut déjà reconnaître ses difficultés et sa responsabilité. Pour devenir résilient et pouvoir « rebondir », il est nécessaire de développer son intelligence émotionnelle. Heureusement pour nous, elle peut s’apprendre quel que soit notre âge, notre vécu et nos blessures.

Dans la guérison, on doit se re-trouver, se re-connaître et s’aimer à nouveau. Et encore, l’a-t-on déjà fait un jour ?

La troisième partie traite de la guérison et de tous les chemins possibles pour y arriver. Ici sont recensés de multiples concepts de développement personnel. Vous qui tenez ce livre dans vos mains aujourd’hui, même sans avoir souffert d’aucune maladie, vous pourrez vous retrouver dans ces lignes, qui finalement rejoignent les mots « sens, amour, et évolution ».

Je ne suis pas responsable de la maladie et de la souffrance qu’elle engendre, mais je suis responsable de ma guérison.

Dans la conclusion, je reviens sur les enseignements tirés de cette étape et j’explique à quoi ressemble ma vie aujourd’hui, pour vous permettre de voir ce qui peut changer quand on commence à s’aimer et à se donner la priorité.

Tu vois ces yeux qui brillent ? Avant, ils étaient remplis d’eau. Maintenant, ce n’est plus de l’eau, ce sont des étoiles.

Affectueusement, Coralie.

Coralie